Edimbourg.

Au hasard des rues d’Edimbourg

Aujourd’hui, je vous emmène au hasard des rues d’Edimbourg. Si vous me suivez sur Instagram, vous avez peut-être vu que j’étais en vacances en Écosse au début du mois de septembre.

Avec mon amie Gabrielle, on a passé deux jours dans la capitale écossaise avant de prendre la route pour une semaine à travers le pays.

Il existe des centaines de blogs et sites qui racontent cette ville en long, en large et en travers, alors je ne vais pas m’improviser guide de voyage et vais plutôt me contenter de vous parler de mes impressions sur l’Écosse et la capitale écossaise.

Obligatoire : le point météo

La météo n’a pas fait mentir les stéréotypes sur le pays. Chaque personne à qui j’ai annoncé ma destination de vacances m’a dit « j’espère que tu auras beau temps ». On ne va clairement pas en Écosse pour se dorer la pilule, je le savais et ça ne me posait pas de problèmes. Il y a eu des moments (voire des jours entiers) un peu durs à cause des averses ininterrompues, mais globalement on a eu de la chance.

Un bon manteau et des chaussures imperméables sont plus qu’indispensable. Car le temps est aléatoire et imprévisible : on passe du beau soleil à la pluie en quelques instants, parfois plusieurs fois dans la même journée. Le ciel est peut-être bleu à 9h du matin, ça ne donne pas du tout le ton pour les heures à venir. Je confirme : on n’est jamais à l’abri de la pluie en Écosse.

Le charme européen et écossais

J’ai été agréablement surprise par ma compréhension de l’accent écossais. Mon oreille doit être habituée à entendre des accents de tous horizons. Il y a eu seulement deux moments où des accents m’ont donné du fil à retorde : un serveur dans un restaurant et un guide dans une distillerie.

L’architecture un peu brouillon de l’Europe m’avait cruellement manquée, tant l’Amérique du nord est rectiligne. Les hauts bâtiments en pierres, les petites rues dont on ne voit pas la fin, les pavés qui glissent parfois, les escaliers interminables, la multitude des cheminées : une accumulation de petits détails que j’ai apprécié retrouver.

À Edimbourg, on a fait un « ghost tour » : une visite guidée avec pour thème l’histoire de la ville, des récits de fantômes et de trafic de cadavres. Ce beau programme était animé par une guide super intéressante et passionnée. C’est une façon de visiter une ville que je n’avais encore jamais testée. L’expérience a été concluante et je recommencerai dès que l’occasion se présentera !

La ville en photos

À la manière d’un album de voyage, la suite ne sera qu’un enchaînement de photos. Il n’y a pas de chronologie ni vraiment d’ordre logique.

Je parlerai plus en détails du château et de Holyrood Park dans un prochain article !

2 Commentaires

  • Répondre Lair_co 18 octobre 2018 à 22 h 50 min

    Ooooh c’est trop cool ce type de visites !! Je me demande si ça existe dans d’autres villes ou si tout cela ne peut qu’exister dans un pays aussi mystérieux et atypique que l’Ecosse aha !

    • Répondre Cécile 29 octobre 2018 à 19 h 32 min

      Il y en a à Toronto a priori :p Je suis sûre que ça existe un peu partout, pourvu qu’il y ait des histoires un peu gores à raconter :p

    Laisser un commentaire