Vancouver.

Voyage en Colombie-Britannique – Jour 8 et bilan

Une dernière journée à Vancouver, avant de repartir chez moi, à Toronto. J’en profite aussi pour faire un bilan du voyage avec des chiffres, des hauts et des bas.

Un petit tour à Science World

Comme à mon habitude, je me lève tôt. J’ai mal dormi, c’est aussi devenu une habitude. Après un café indispensable, je prends le métro aérien pour me rendre à Science World. Il s’agit d’un musée scientifique dont le nom officiel est Telus World of Science depuis que l’entreprise de télécommunication lui a fait un don de 9 millions de dollars canadiens.

Je ne visite pas l’intérieur du bâtiment, mais en fais simplement le tour. Le temps se couvre. Je traîne un peu, m’arrête faire des expériences avec une installation qui reproduit le flux de l’eau avec des mini-barrages et valves à actionner.

Vancouver.

Vancouver.

Vancouver.

Vancouver.

Pause déjeuner à Meet In Gastown

Une fois n’est pas coutume, j’ai faim. Sur ma liste de choses à faire, j’avais noté le restaurant MeeT in Gastown qui, comme son nom l’indique, est situé dans Gastown. Il pluviote lorsque je m’assois à une table près des baies vitrées. Je commande un Macro Bowl qui s’avère très bon. Je me laisse ensuite tenter par une part de tarte au citron, délicieuse. Le ventre plein, je quitte les lieux. Il pleut à verse.

Restaurant Meet In Gastown à Vancouver.

Granville Market, sous la pluie

Je prends un bus vers Granville Market. Situé sur l’île du même nom, c’est un incontournable de Vancouver. Une collègue me l’avait d’ailleurs recommandé avant mon départ. Il s’agit d’un marché couvert avec d’autres petites boutiques tout autour.

Il pleut toujours autant lorsque je descends du bus. L’entrée du marché se situe sous le pont de la Highway 99. Au moins je suis à l’abri des gouttes. Malheureusement, il faut repasser sous la pluie pour aller de boutiques en boutiques, avant d’atteindre la partie couverte. Beaucoup de personnes ont eu la même idée que moi, les lieux grouillent de monde. J’ai peu d’occasions pour prendre des photos, la foule m’énerve, la pluie m’énerve, cette fin de vacances me rend triste.

Marché de Granville, à Vancouver.

Marché de Granville, à Vancouver.

Marché de Granville, à Vancouver.

Marché de Granville, à Vancouver.

Ne trouvant aucun endroit pour me poser avec un thé, je décide de mettre les voiles. Je réalise que j’ai déjà en tête une carte de la ville, alors que j’y ai passé à peine trois jours, quand je m’aperçois que je ne vois pas les bons noms de rues. Je me dirige vers le sud alors que je devrais aller vers le nord. J’ai pris le bon bus mais dans la mauvaise direction… C’est le genre de contrariété qui se produit de temps en temps. De toute façon je n’ai rien de spécial à faire sous la pluie. Je descends près de la station King Edward et décide d’aller jusqu’à Waterfront pour prendre le Seabus et aller sur la côte nord. J’y passe quelques heures, achète à manger pour le dîner, retourne chercher mes affaires à l’auberge puis prends le métro vers l’aéroport, où mon vol partira avec une heure de retard.

À Toronto, c’est sous un magnifique soleil automnal que je rentre chez moi.

Bilan du voyage

En chiffres (avec beaucoup de 8) :

  • 8 jours de voyage
  • 8 modes de transport : avion, métro, Seabus, (Road)bus, téléphérique, ferry, voiture et bateau-taxi
  • 800 kilomètres
  • 4 auberges de jeunesse dans 4 villes différentes : Vancouver, Nanaimo, Tofino et Victoria

Globalement, tout s’est bien passé. Je suis contente de toute ma planification en amont qui m’a m’évité certaines recherches à la dernière minute, notamment pour tout ce qui concernait mon estomac. J’avais repéré les endroits où je pourrais manger et faire mes courses. J’avais aussi fait un budget en estimant les coûts en amont. Même chose côté transports, j’avais regardé les horaires des bus (à part pour aller prendre mon deuxième ferry). Bref, aucune mauvaise surprise à déplorer.

Les hauts : la meilleure partie du voyage a été l’aller-retour à Tofino. Si j’avais su, je serais restée un jour de plus.

Les bas : j’en ai peut-être trop fait en peu de temps, ce qui a engendré une accumulation de fatigue que je n’ai jamais réussi à compenser… La solitude a été pesante parfois, en particulier le soir dans les auberges (pourtant j’étais loin d’être la seule). Et mon pied douloureux m’a empêché de marcher autant que je l’aurais voulu.

En tout cas, la Colombie-Britannique est vraiment magnifique, on ne l’appelle pas « Beautiful British Columbia » pour rien !

(Re)lisez les autres articles :

2 Commentaires

  • Répondre Kenza 22 décembre 2017 à 0 h 45 min

    Ah, la pluie pour aller à Granville MAIS OUI (mais j’étais allée en bus maritime) et ta photo me rappelle l’espèce d’interchange glauque où j’avais attendu le bus, toujours sous la pluie… pas un souvenir top !

    • Répondre Cécile 22 décembre 2017 à 1 h 23 min

      Glauque : c’est un peu l’adjectif de cette dernière journée en fait… Je suis sûre que c’est beaucoup mieux sous le soleil !

    Laisser un commentaire