En décembre 2018, j’ai…

Alors que décembre 2018 se termine dans quelques heures, j’en fais un bilan non exhaustif, marqué par la culture.

Le froid (mais sans vraiment de neige, sauf le 30), la nuit qui tombe tôt : j’essaie de marcher un peu tous les jours mais décembre est définitivement un mois d’intérieur, accompagné d’un plaid et d’une tisane.

… lu des livres

Le nombre de livres que je lis varie d’un mois à l’autre mais je m’attelle à toujours avoir un ouvrage en cours de lecture. En décembre, j’ai fini trois livres !

Je suis enfin venue à bout du tome 6 de la série Le Chardon et le Tartan, de Diana Gabaldon, que j’ai trouvé bien meilleur que le tome 5.

J’ai enchaîné avec le dernier Mona Chollet, Sorcières : la puissance invaincue des femmes. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, ce livre ne traite pas de sorcellerie à proprement parler mais aborde trois types de femmes et les préjugés les entourant : les indépendantes, les nullipares et les aînées.

Et puis j’ai terminé l’année avec Faire partie du monde, un ouvrage collectif sur l’écoféminisme qui m’a donné de nouvelles perspectives à explorer.

… vu deux documentaires sur la transidentité

Je me suis rendue deux fois au cinéma Hot Docs Ted Rogers qui organise également le festival du même nom au printemps.

J’ai d’abord été voir Transmilitary, un film qui suit quatre militaires transgenres de l’armée américaine et leur bataille pour l’égalité des droits, alors que Trump tente de réinstaurer l’interdiction des militaires transgenres levée en 2016 par Obama.

Le second documentaire, Transformer a remporté le prix du public lors du dernier festival Hot Docs. Je n’avais pas encore eu l’occasion de le voir, je me suis donc rattrapée. On y découvre Janae Kroczaleski, une femme transgenre qui a connu un succès mondial en tant qu’haltérophile et bodybuilder sous le nom de Matt Kroc. Elle s’efforce à trouver un équilibre entre le corps qu’elle aimerait avoir et l’haltérophilie.

… vu l’exposition et le film Anthropocene

Proposé par le musée des Beaux-Arts de l’Ontario, j’ai d’abord été voir l’expo avant de me laisser tenter par le film. J’ai préféré ce dernier. Même si elle n’a pas encore été officiellement adoptée, l’Anthropocène, ou l’Ère de l’Homme, correspond à l’époque de l’histoire de la Terre qui commence lorsque les activités humaines ont bouleversé l’écosystème. J’en suis sortie triste, alarmée, angoissé, déprimée par les choses que j’ai apprises (et j’ai passé deux heures à en discuter ensuite dans un café). J’ai aussi été émerveillée par la beauté de la photographie et des images présentées, fascinée par notre capacité à pouvoir rendre belles des choses atroces.

… terminé un deuxième atelier de couture

Pour cette deuxième session de quatre cours, nous avons réalisé un « coffee cup cozy », que l’on peut mettre sur un gobelet de boisson chaude pour ne pas se brûler les mains. On a ensuite fait un sac puis un tablier. J’étais tellement déçue de mon choix de tissu pour le sac que je me suis fait plaisir pour le tablier. Canada oblige, on utilise bien sûr les unités de mesures impériales et je suis contente de constater que j’arrive maintenant à visualiser ce que vaut un pouce.

… été me promener à Allan Gardens

Il existe des endroits où l’on aime retourner, parce que chaque fois ramène de beaux souvenirs tout en étant une expérience différente. C’est le cas d’Allan Gardens. Ce jardin sous serre regorge de plantes tropicales et la décoration change légèrement au fil des saisons. Sans surprise, le thème de décembre est Noël. Des créatures formées de mousses semblent surgirent d’entre les buissons, des cactus portent des guirlandes lumineuses et des rennes en bois croisent soudain notre regard, tandis qu’un pingouin décore un arbre d’orchidées.

On se retrouve l’année prochaine ! (oui cette blague est nulle)

2 Commentaires

  • Répondre babfleury 31 décembre 2018 à 10 h 16 min

    merci pour ce dernier jour 2018 plein de couleurs et de découvertes culturelles ,bravo pour le tablier je m’en ferai bien une jupe !! bon début d’année -décalée – par rapport à la « douce france  » .. et reste curieuse , on en profite !
    gros becs bab

    • Répondre Cécile 2 janvier 2019 à 20 h 37 min

      Merci Babeth ! Bonne année aussi et gros bisous !

    Laisser un commentaire