Ma routine à Toronto.

Histoires expatriées : ma routine à Toronto

À mon sens, avoir une routine a quelque chose d’agréable. C’est une base stable et rassurante dans une vie qui a pu être mouvementée par l’expatriation. Quand on développe enfin des habitudes et que l’on trouve ses repères, les petits tracas liés à l’inconnu finissent par s’envoler. Dans le cadre des Histoires expatriées, je vous parle aujourd’hui de ma routine à Toronto.

Les horaires flexibles

Du lundi au vendredi, mon réveil sonne à 7h, même les jours fériés parce que j’oublie toujours de le couper. Je quitte mon appartement vers 7h30 pour rejoindre le métro, et arrive au bureau vers 8h. J’ai des horaires flexibles, donc je ne suis jamais vraiment ni en retard ni en avance. J’aime bien commencer tôt pour finir tôt, ce qui me donne l’impression d’avoir plein de temps pour ma vie personnelle après ma journée de travail. J’aime aussi le calme de l’open-space à 8h du matin. Je peux aller me faire un café, démarrer mon ordinateur, et manger mon petit-déjeuner tranquillement en regardant mes courriels et en faisant un sudoku (je suis multitâche, même mon CV le dit). En hiver, s’il y a de la neige dehors, j’enfile des bottes de neige chez moi, et je change de chaussures en arrivant à mon bureau où se trouve une paire « normale ».

Les gens arrivent petit à petit, l’étage se remplit, et les premières réunions commencent entre 9h et 9h30. Je prends ma pause déjeuner quand je veux et où je veux. Le plus souvent, je mange à mon bureau parce que la cuisine de mon étage est minuscule et toujours très encombrée. J’ai hâte que la chaleur revienne pour pouvoir aller me dégourdir les jambes ailleurs qu’au centre commercial adjacent. Côté langues, j’utilise l’anglais, le français et le franglais, selon les personnes avec qui je communique.

Mon entreprise propose une heure de yoga le mardi midi, et je me suis inscrite à toutes les sessions. La prof du moment est géniale, je l’adore. Une fois par semaine, je travaille de chez moi. Je choisis le jour où je n’ai pas besoin d’assister en personne à une réunion, donc ça varie. Ça me permet d’être avachie sur mon canapé, d’aller me faire un thé sans avoir à traverser un étage, et de m’habiller n’importe comment.

Ma routine à Toronto.

Les soirées cosy

En général je quitte le bureau vers 16h et je suis chez moi vers 16h30. Parfois j’ai des courses à faire ou un rendez-vous, donc je rentre plus tard. En hiver il fait (souvent) froid à Toronto, donc je ne m’éternise pas à l’extérieur. Je me souviens des balades en soirée de l’été dernier et des dîners-piques-niques, j’ai tellement hâte de recommencer !

Le soir, je prépare mes repas du lendemain voire des jours suivants. Pour le petit-déjeuner, je me fais un « overnight oatmeal », un porridge (ou gruau) froid préparé la veille, et que j’agrémente de noix et de fruits. Souvent je mange le même repas du midi deux jours de suite parce que c’est plus simple pour moi de cuisiner plusieurs portions en une fois.

À part ça, mes soirées sont tranquilles et tournent autour de la lecture, de l’écriture, de la musique, du bricolage, des épisodes de série et des jeux vidéos. Un ou deux soirs par semaine, je vais faire de la musique avec mon ami musicien, selon nos disponibilités respectives.

Activités plan-plan

Les fins de semaine sans folie

Mes weekends ressemblent à mes soirées de semaines, mais condensés sur deux jours. Parfois je vais me promener, assiste à des meet-ups ou à des événements variés, mais je crois que globalement j’ai une vie plan-plan. Encore une fois, c’est l’hiver et même si les activités ne manquent pas, je constate que je suis beaucoup plus casanière qu’en été, mais aussi bien mieux au chaud.

Il existe un mythe autour de la vie d’expat’ qui serait trépidante et sensationnelle. C’est peut-être vrai pour certain•es, et tant mieux pour elleux. Sauf qu’après un certain temps à vivre au même endroit, on développe une routine qui est finalement assez banale. Mais une chose est sûre, ma routine à Toronto est rassurante et fait partie de ma zone de confort.

Logo des Histoires expatriées.

*** Cet article participe au RDV #HistoiresExpatriées organisé par le blog L’occhio di Lucie. Le thème du mois est parrainé par Val du blog Mon Expérience Voyage. ***

9 Commentaires

  • Répondre Mon Expérience Voyage 23 février 2018 à 22 h 48 min

    Non mais c’est exactement ça la vie d’expatriation. Une vie comme ailleurs mais littéralement ailleurs 🙂

    • Répondre Cécile 24 février 2018 à 3 h 24 min

      Oh c’est une jolie définition, je vais la garder en tête 🙂

  • Répondre ferdy pain d'epice 24 février 2018 à 4 h 15 min

    oh nos routines sont quasi-similaires ! Ça doit être à cause du au pays c’est certain !! 🙂

    • Répondre Cécile 24 février 2018 à 15 h 13 min

      Hahaha, oui c’est forcément ça !

  • Répondre babfleury 25 février 2018 à 17 h 38 min

    le train-train c’est reposant mais dans la vie il y a tj de l’imprévu et ça rebooste même si c’est un mauvais imprévu …. de quel instrument joues-tu ? bonne fin d’hiver

    • Répondre Cécile 26 février 2018 à 1 h 56 min

      J’ai repris la basse l’été dernier, après neuf ans d’interruption. Le temps passe vite !

  • Répondre Lair_co 1 mars 2018 à 0 h 11 min

    C’est un peu comme si les gens confondaient « voyage » et « expatriation/immigration », parce qu’au final pour beaucoup la finalité reste de retrouver un job, un logement fixe et un cercle social rassurant. Bref, la vie quotidienne.
    En tout cas, ta routine inspire une petite bulle de douceur (du moins une quête de celle-ci), et je trouve ça bien chouette pour une vie quotidienne <3

  • Répondre Fanfate 5 mars 2018 à 19 h 28 min

    👍🏻 😘

  • Répondre Zéro Déchet 30 avril 2018 à 16 h 57 min

    Merci pour ce temoignage, j’en prends des notes pour quand je pourrais arriver sur place hihihi

  • Laisser un commentaire