Ottawa : Visite du Parlement canadien

J’ai déjà eu l’occasion d’admirer les bâtiments du Parlement lors de mon arrivée à Ottawa en novembre puis lors du spectacle son et lumière de décembre. Je n’avais pas encore pris le temps d’aller le visiter, c’est maintenant chose faite ! Des visites guidées gratuites sont proposées tous les jours (ou presque), en français ou en anglais.

Il faut d’abord passer la sécurité : une première fois à l’extérieur du bâtiment, où des vigiles regardent attentivement à l’intérieur des sacs et nous demandent d’ouvrir nos manteaux (heureusement qu’il ne faisait que 0°C ce samedi), puis une seconde fois à l’intérieur, où l’on doit passer par un portique de détection et faire scanner nos affaires, un peu comme à l’aéroport.

Rappelez-vous : situés sur la Colline du même nom, le Parlement se compose de trois édifices : Est, Ouest et Centre. Ce dernier est également flanqué de la Tour de la Paix et de la Bibliothèque du Parlement.

L’incendie de 1916

En ce mois de février 2016, les visites guidées sont plus spécialement axées sur l’incendie qui a ravagé l’édifice le 3 février 1916, soit il y a exactement cent ans. Sans cause avérée, le feu s’est déclaré dans une salle de lecture et a fait sept victimes. L’édifice a été entièrement carbonisé, seule la Bibliothèque est restée intacte grâce à la présence d’esprit d’un employé qui en a fermé les portes de fer avant d’évacuer. Les travaux de reconstruction, extrêmement rapides, ont été achevés en 1922 (1927 pour la Tour de la Paix).

Néogothique

L’intérieur du bâtiment est de style néogothique, avec plafonds en voûte, marbre, beaux parquets et éclairage mal pensé. Chaque pierre semble être là pour raconter un morceau de l’histoire canadienne. Les plafonds sont magnifiques, richement décorés. Sur les murs, on peut voir des peintures et photos représentant  tous les personnages politiques importants du Canada, que ce soient les premiers ministres, les gouverneurs généraux ou encore les monarques.

Dominion

La Chambre des communes et le Sénat

Le Parlement canadien se compose de trois entités : le Sénat, la Chambre des communes et la Reine, représentée par le gouverneur général. Ce dernier approuve les projets de lois adoptés par les deux chambres, qui d’ailleurs siègent dans le même édifice. La Constitution les autorise à adopter des lois dans des domaines précis. En effet, certaines compétences relèvent du niveau fédéral (défense ou commerce international par exemple) tandis que d’autres sont attribuées aux parlements provinciaux (comme le transport ou encore l’éducation).

Notre guide nous a d’abord emmené à la Chambre des communes (l’équivalent de l’Assemblée nationale française) qui se trouve du côté ouest. Elle ressemble beaucoup à son homologue britannique : salle rectangulaire, tons verts, avec du chêne blanc canadien et de la pierre calcaire du Manitoba (une province canadienne). 338 députés élus y siègent pendant cinq ans.

Chambre des communes
La Chambre des communes

Le Sénat se situe côté est de l’édifice. Plus clinquant, le rouge et l’or dominent la salle. Aux murs, des peintures illustrent des scènes de la Première Guerre mondiale. On a trouvé ça un peu glauque. En-dessous, des sculptures représentent la faune et la flore du pays. Les 105 sénateurs sont nommés par le gouverneur général sur avis du premier ministre. Ils représentent les régions, provinces et territoires du Canada.

Sénat
Le Sénat

La Bibliothèque

Entre les deux chambres se trouvent le hall de la Confédération et le hall d’Honneur qui mène à la Bibliothèque, toute en rondeur et majestueuse sous son dôme. Au centre une statue de la jeune Reine Victoria veille sur les nombreux ouvrages. Les boiseries sont en pin blanc canadien et sont agrémentées de fleurs, masques et créatures mythiques sculptés.  On trouve également les armoiries des sept provinces qui existaient en 1867.

Bibliothèque

La Tour de la Paix

La visite guidée s’est terminée mais nous étions invités à nous rendre librement dans la Tour de la Paix, ce dont nous ne nous sommes pas privés. Haute de 92 mètres, elle commémore l’engagement du Canada à l’égard de la paix. Après avoir gravi quelques marches, on prend un ascenseur pour monter presque tout en haut, juste sous l’horloge, et pouvoir profiter d’une vue à 360° sur la capitale : les bâtiments du centre-ville, la rivière des Outaouais, Gatineau, le musée canadien de l’Histoire, le musée des beaux-arts du Canada, etc., le tout encore partiellement recouvert de neige.

Au troisième étage se trouve la Chapelle du Souvenir, une petite salle froide qui rend hommage à tous les Canadiens morts au cours des conflits armés auxquels le pays a participé depuis la naissance de la Confédération en 1867. À l’origine, la Chapelle ne devait commémorer que la Première Guerre mondiale car personne n’envisageait alors que ce ne serait pas un événement unique. La pièce abrite sept Livres du Souvenir qui mentionnent les noms des Canadiens ayant perdu la vie lors de leur service militaire. Tous les matins à 11h, les pages des livres sont tournées selon des calendriers perpétuels, afin que chaque nom soit exposé au moins une fois par an. Sur un mur, j’ai reconnu le poème Au Champ d’honneur de John McCrae, qui évoque les coquelicots qui sont maintenant boutonnés sur les vestes avant les commémorations du 11 novembre.

Au Champ d'honneur
Au Champ d’honneur

Chapelle du Souvenir

J’ai appris plein de choses lors de cette visite ! Je pense que j’y retournerai au printemps ou en été, ne serait-ce que pour pouvoir profiter de la verdure du paysage vu du haut de la tour.

2 Commentaires

  • Répondre fleury bab 1 mars 2016 à 15 h 45 min

    qd on a lu ton blog on est tj plus savant , merci pour ces voyages enrichissants ..et plaisants!

  • Laisser un commentaire